Une révolution faite cidre 2/2

par | 02/01/20 | Cider Geek, L'actu du Cidre, Tourisme Cidricole

World Cider Day oblige, il est temps de quitter les terres françaises pour reprendre notre exploration de la culture cidre de l’autre côté de la Manche, au Royaume-Uni. 

Je vous vois venir… « le cider n’est pas du cidre », « le cider est un soda produit à partir de concentré de pommes, de sucres ajoutés et d’additifs ». En résumé : « les anglais ne savent pas cuisiner, ils ne vont pas non plus se mettre au cidre. » 

Chers camarades anglais, je vous présente toutes mes excuses. 

Car non, le cider n’est pas – uniquement – un soda de concentré de pommes. Certes, les Magners, Strongbow et autres Somersby ont pignon sur rue pub. A l’ombre de ses mastodontes, des producteurs et passionnés de  « real craft ciders » travaillent d’arrache pied à requalifier et repenser ce produit par tous les moyens. 

En première ligne : Tom Oliver, « the hottest uk craft cider maker ». Tom fait parti de ces producteurs qui prennent leur temps et laisse vivre leurs cuvées. Une culture non interventionniste qui fait mouche dans le pays des levures choisies et de l’ajoût de SO2. 

Mr Oliver est loin d’être avare, il lui arrive de partager le devant de la scène avec d’autres producteurs et cidriculteurs à l’occasion de cuvées collaboratives. Les pommes s’échangent et les savoir-faire se partagent.  Parmi eux, les américains de The Angry Orchard ou la cidrerie Hawkes avec le cidre « All Made Equal », en hommage aux cidriers artisanaux anglais.

Hawkes, revenons-y. Hawkes est une cidrerie urbaine. Oui, urbaine, au coeur de Londres même. Des fous furieux menés par Simon Wright qui, un jour, se sont donné pour mission de faire du cidre – du vrai cidre – en ville, grâce aux pommes généreusement données par le voisinage. Et bien Hawkes, autoproclamés dans un egotrip finement dosé les « saviours of cider » ont été rachetés par d’autres fous furieux James Watt et Martin Dickie de … la Brasserie écossaise Brewdog. BOOOM  *  lâché de micro * 
Serait-ce le début d’une nouvelle ère ? 

De là, producteurs, distributeurs, influenceurs et passionnés se sont peu à peu organisés afin de redéfinir le futur du craft cider anglais. Leur force : accorder leur violons, collaborer et avancer ENSEMBLE. 

Ils ont priorisé leurs actions autour de 3 points : la redéfinition du cidre, sa revalorisation et enfin l’éducation. 

1. DANS SA DEFINITION

Le cidre est une boisson fermentée à base de pommes. On a bien dit de pomme. Et rien d’autre. Le cider tembouille-de-pommes-inconnues-adviendra-que-pourra n’existe plus. Les producteurs passent de plus en plus de temps à travailler leurs assemblages, à découvrir et redécouvrir leurs variétés et il n’est plus question de travailler des concentrés. L’association « Small Independant Cidermakers » délivre d’ailleurs le label « 90% fresh juice » afin de garantir la présence de pur jus fermenté..

2. DANS SA REVALORISATION

Au même titre que les français, les producteurs artisanaux anglais souffrent d’une image bas de gamme, bien loin de la complexité de leur travail. 

Le Cider Salon – qui se tient tous les ans en juin, à Bristol – rassemble plus de 20 producteurs et les grands acteurs du monde cidricole autour de conférences, de dégustations de 60 ciders and poirés, de festins … afin de célébrer la diversité créative du cidre artisanal. 

3. DEVOIR D’EDUCATION

Qu’il soit novice ou confirmé l’amateur de cidre doit être éduqué.

Susanna Forbes nous donne les clés des 100 meilleurs cidres artisanaux à boire au plus vite dans Cider Insider. Gabe Cook vulgarise les secrets de production du cidre et des différences entre chaque cidre dans The Ciderologist et amène les crafts cider à la télé, sur les chaines nationales. Et nos deux influenceurs réécrivent – littéralement – l’histoire du cidre dans le génial magazine Full Juice. 

Les régions originellement non cidricultrices ne sont pas non plus en reste. A Manchester, ma ville adoptive, Dick Ashton et Cath Potter organisent tous les mois des soirées dégustation de cidres pour les curieux. Et quel plaisir de voir des cidres français représentés dans ce Cider Club ! 

Tous, producteurs, amateurs, distributeurs, influenceurs, d’où qu’ils viennent, des vergers du West Country et l’Herefordshire, jusqu’à Manchester en passant par les West Midlands se rassembe autour d’un seul et même mouvement : #rethinkcider pour fixer les nouvelles règles du jeu. 

Hogan’s Cider, Friels, Oliver’s, Little Pomona, Thristly Cross, Ross-on-Wye… tous relèvent d’une telle créativité que mon petit coeur palpite.

[]